Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 24 Août 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


CONTRE LA POLITIQUE RACISTE ET

XÉNOPHOBE DU GOUVERNEMENT
 

 

POUR LA LIBERTÉ, L’EGALITÉ, LA FRATERNITÉ !

TOUS ENSEMBLE, STOPPONS LA

POLITIQUE DU BOUC ÉMISSAIRE

MANIFESTONS PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

SAMEDI 4 SEPTEMBRE - 14 HEURES

 

Par ses propos et par ses actes racistes et xénophobes, ce gouvernement tente de dévoyer le débat politique de la rentrée et d’étouffer la contestation sociale. Plus que jamais, il nous faut mener de front la mobilisation pour les libertés, les retraites et les revendications sociales.

Afin d’éviter que les citoyens ne s’impliquent davantage sur les dossiers de la rentrée, le gouvernement n’hésite pas à s’engager dans une surenchère sécuritaire. Avec des discours dignes du régime de Vichy et des propositions législatives désastreuses pour les salariés. Nicolas Sarkozy - qui s’occupe de ce dossier depuis 8 ans - part une énième fois en guerre contre l’insécurité et en guerre contre les pauvres, les exclusions et l’injustice sociale. En fait, depuis 8 ans qu’il est charge de la sécurité, son échec est patent pour tous les citoyens parce qu’il a négligé de traiter les causes profondes de la délinquance. Rejeté par la majorité des Français, et au plus bas dans les sondages, il a choisi de mener une action populiste plus médiatique et plus spectaculaire, pour “passer en force” comme il aime tant le faire.

Après la réunion du 28 juillet dernier consacrée “aux gens du voyage et aux Roms”, les plus hautes autorités de l’état attisent une nouvelle fois la haine contre les “étrangers” déclarés coupables de tous les maux et désignés à la vindicte populaire comme responsables de l’insécurité. Les mesures ainsi annoncées, remettraient en cause l’égalité des Français devant la loi, un des fondements essentiels de notre Constitution (article 1) et de notre République.

Avec ce discours nauséabond, le gouvernement tente de faire oublier les vrais débats de société, et de contourner la montée en puissance du rejet de la politique de rigueur. Les semaines et mois qui ont précédé la période estivale ont vu les salariés, retraités, jeunes, privés d’emploi prendre conscience de l’ampleur du danger que constituent des projets du gouvernement notamment sur celui des retraites.

Dans le même temps, les travailleurs sans papiers ont gagné, à l’issue de longs mois de luttes et de grèves, leur régularisation grâce à l’appui permanent de la CGT et le soutien de la population. La CGT, parce qu’elle est et a été à travers toute son histoire, l’organisation de tous les salariés, quelles que soient leurs origines, français et immigrés, condamne fermement cette vaste opération profondément raciste et xénophobe mais qui ne trompe plus personne. La CGT appelle à rejeter cette dangereuse dérive, à agir et à participer aux manifestations du 4 septembre.

« Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés, comme les étrangers, d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc. Voici que le Président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.

Ce qui est à l’oeuvre dans cette démarche, ne s’inscrit pas dans le légitime débat républicain qui a cours dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public ne doit pas être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires, ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.

L’article 1 de la Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure “l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion”. Nul, et surtout pas les élus de la Nation, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République. Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser mettre en péril la paix civile.»

 


Nous appelons à une manifestation

le samedi 4 septembre 2010,

place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France,

afin de fêter le 140e anniversaire d’une République

que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page