Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 12 Avril 2010
 
UGICT-CGT Syndicat des Cadres
et Techniciens Parisiens
des Services Publics Territoriaux
logo cadre
 


BILAN ARTT :

ATTENTION DANGER
 

 

14 décembre 2009 : un mouvement sans précédent à la Mairie de Paris. Les personnels étaient rassemblés Place de l’Hôtel de Ville pour réaffirmer, entre autre, leur attachement à l’accord RTT.

Cette municipalité qui dans des instances nationales défend des idées progressistes, entend, lorsqu’elle est aux affaires, remettre en cause un accord favorable aux agents de la Ville.

Le premier bilan de l’ARTT prouve que les créations de postes depuis sa mise en place sont insuffisantes, voire inexistantes.

  • A la DFPE, les créations de poste correspondent à l’ouverture de nouveaux équipements. Ex : les crèches

  • A la DSTI, il n’y a eu aucune création de postes budgétaires, depuis la mise en place de la RTT. Pourtant les missions confiées aux agents n’ont cessé de croître. Le nombre de postes manquant en équivalent temps plein représente 15% de l’effectif de la cette direction.

 

Le nombre de compte épargne temps ouverts témoigne de l’impossibilité des agents à prendre leurs jours de congé. Il n’y a pas « trop des congés » comme on entend dire, mais pas assez de postes pour assurer convenablement toutes les tâches et missions dans nos services.

 

Le nombre d’agents en souffrance sur leur lieu de travail augmente.

Si un agent se plaint de la surcharge de travail,

on lui répond qu’il ne sait pas s’organiser

 

Certaines SRH ‘invitent’ même les agents à travailler 35 heures, supprimant de fait aux agents le droit à la RTT.

Ex : on demande aux agents de la logistique de changer leur cycle de travail, sans aucune concertation préalable. L’administration ne fait même plus semblant de négocier, surtout avec les agents de catégorie C.

  • La RTT est une conquête. En 2001 les personnels ont fait plusieurs jours de grève pour gagner les 22 jours de RTT initialement plafonnées à 14.

  • La CGT et les personnels n’accepteront pas que, sous couvert d’une « amélioration de l’organisation du travail » ou d’une meilleure « adaptation aux besoins du service public », on procède ici et là à une diminution, voir une suppression de fait, la RTT.

  • Toute discussion sur des « difficultés dans l’organisation du travail » nécessite au préalable une information précise sur les postes.

 

8,5 MILLIONS D’EUROS POUR 38% DES AGENTS

  • C’est le coût de l’installation des badgeuses pour 13.000 agents en horaire variable et 5000 agents en horaire fixe.

  • Quel est l’intérêt de continuer à déployer des badgeuses pour les agents en horaire fixe ?

  • Cet argent serait utilisé plus judicieusement à augmenter les salaires (+ 140 Euros pour chacun des 60 000 salariés de la Mairie de Paris)

 

Monsieur Delanoë votre personnel refuse l’idée de travailler plus pour :

  • Gagner moins de primes.

  • Galérer plus dans des OPEN SPACES.

  • Perdre ses droits à la RTT.

  • Attendre pendant des années des promotions qui ne viennent pas.

  • Se voir refuser l’autorisation de partir en formation pour cause de nécessité de service (personne pour vous remplacer en votre absence).

 

La CGT revendique :

  • Le maintien du droit à générer des RTT.

  • L’arrêt du déploiement des badgeuses pour les agents en horaire fixe.

  • Des chèques déjeuner pour les agents n’ayant pas accès aux restaurants administratifs.

  • Le remplacement immédiat des agents qui utilisent leur CET avant leur départ à la retraite.

 


Le personnel s’est battu pour gagner le droit à l’ARTT

La CGT veillera au maintien de ce droit pour tous les agents !
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
-  Mentions Légales  -     Haut de Page